LES OUBLIÉS — LE FILM QU’ON OUBLIERA PAS

Il y a deux semaines, je suis allée au cinéma après les cours, toute seule, sur un coup de tête, parce que j’avais un seul film à l’esprit : Les Oubliés, de Martin Zandvliet. J’étais tombée sur la bande-annonce il y a quelques temps sur allociné alors que je m’ennuyais d’un site à l’autre, et je m’étais bien décidée à ne pas laisser passer ça. J’en ai déjà parlé rapidement dans mon dernier article, je suis fan des films modernes qui se passent en période de guerre (pas tous évidemment mais j’ai adoré Un Long Dimanche de Fiançailles et Frantz, love love love) et les films étrangers (autres que anglophones) me rendent très curieuse — le doux son de la langue allemande fait du bien à mes oreilles, m’voyez.
Rendez-vous donc au Luminor, à Hôtel de Ville, tirant profit du Printemps du Cinéma (la séance à 4€, c’était maintenant ou jamais) : très petite salle, plein de gens tous seuls un peu grincheux vous me direz, en plein mardi après-midi ensoleillé, fallait s’attendre à voir des retraités, écran un peu bas (attention à ne pas se mettre derrière quelqu’un de grand), pubs très courtes — voilà le film lancé.

fun fact: ce film était nominé aux Oscars, dans la catégorie Meilleur Film Etranger, mais c’est Le Client, de Asghari Farhadi (réalisateur iranien) qui a remporté le trophée.

Mai 1945, Danemark. La première scène est assez violente, on grimace déjà en voyant de colonel danois maltraiter un très jeune soldat allemand, ça annonce pas mal la couleur. En effet, l’ambiance est assez lourde, on sent bien l’après-guerre et le choc psychologique qui règne encore. Le film est plutôt classique : un peu lent, les scènes sont parfois longues… On retient notre souffle à chaque fois que quiconque manipule une bombe puis quand on s’y attend pas BOOM tout le monde sursaute dans la salle, tous les personnages se ressemblent (tu m’étonnes qu’en 1945 les allemands soient tous blonds aux yeux bleus………), mais j’adore. Les plans sont beaux, majestueux parfois (plein de couchers de soleil!!), le son est parfaitement manipulé, la musique mais aussi les scènes avec les cris, stridents et bouleversants, les respirations très fortes… Les acteurs sont sublimes et touchants : les jeunes comme les vieux ont cette sensibilité dans leur regard, même le méchant (qui est vraiment un gros connard du début à la fin) a ce quelque chose qui fait qu’on le comprend un peu. Parce que c’est des allemands, on comprend la haine des colonels danois et de tout le reste du monde, en fait. Mais difficile de leur en vouloir, c’est bien tout le message du film, que l’on comprend à travers le sergent Carl qui s’occupe du groupe : il commence par être une sorte de brute sans émotions et sans filtre mais petit à petit il s’attache à ces jeunes, leur relation devient très humaine et c’est accentué par la sorte de huis clos que forme cette plage. Le décor ne change presque jamais, ils sont comme seuls au monde dans un endroit sublime qui cache un véritable enfer sous le sable.

les-oubliés-2

Ces jeunes allemands, ce ne sont que des gamins (ils ont entre 15 et 18 ans) avec toute leur innocence, qui n’ont rien demandé et qui ont, malgré eux, grandi avec Hitler et la guerre. Le sujet est très dur, délicat. Une fois les combats terminés, ces soldats ne demandent qu’à rentrer chez eux, voir leur famille, retrouver leur maman et étudier pour un jour avoir un métier, ils ont des rêves plein la tête même quand l’espoir n’a plus lieu d’être. C’est beau. Et très puissant. Je veux pas spoiler mais sachez que sur 14 garçons il n’en reste plus que 4. Les personnages m’ont vraiment touchée, ils sont beaux, sales et mal-nourris mais incroyablement beaux, les acteurs jouent si bien!! They deserved better ok??? On s’imagine à leur place, parce qu’ils ont notre âge alors on se demande comment notre vie aurait été si on était nés à cette époque (et surtout dans ce pays).
« Les auteurs n’ont pas besoin de créer un passé à ces personnages pour les rendre vivants » comme le dit très bien Valentin Bréheret dans sa Chronique du Cinéphile. Ils dégagent quelque chose de très fort et c’est ça que j’ai adoré. D’ailleurs, difficile d’en choisir un préféré parce que tous sont vraiment excellents.

les-oubliés

On pourrait nuancer ma critique avec quelques remarques plus négatives, comme le fait que dans ce film ce sont les Danois qui sont les grands méchants alors que bon, on sait bien que ceux qu’on devrait détester dans l’histoire (et surtout l’Histoire) ça devrait être les Allemands, certes, mais ça fait du bien de voir un film qui aborde le thème différemment, surtout que ça parle d’un fait qui n’est pas discuté dans nos livres d’Histoire. Le déminage des plages par de très jeunes soldats maltraités, c’est tabou et ça fait partie des épisodes dont on préfère taire les conséquences. D’ailleurs je trouve que le titre français est très bien choisi, même si très divergeant des titres en allemand (Under Sandet, « sous le sable » en français) et en anglais (Land Of Mine, jeu de mots avec « mine » pour mine la  bombe mais aussi pour mien genre mon pays / pays de mines). Dernière chose, je dirais que la fin est un peu décevante aussi. Enfin, pas « décevante » mais… pas très réaliste, c’est un peu dommage. Mais on prend, parce que parfois on préfère les happy ends au réalisme.

J’ai pas pleuré mais en sortant du cinéma j’avoue que j’étais bouleversée. J’ai remis toute ma vie en question lol imaginez moi dans le métro, le regard dans le vide à rejouer toutes les scènes du film dans ma tête et à (re)penser aux millions de morts de la Seconde Guerre Mondiale.
Pour conclure, ce film est un gros gros coup de coeur et je vous le conseille, of course — même si je sais que ce genre ne plaît pas à tout le monde — surtout si vous étudiez l’allemand, perso je me sentais trop fière de comprendre la moitié des dialogues!!


J’avais oublié à quel point j’aimais écrire des critiques ciné!!!!
J’avais pas fait ça depuis au moins 2 ans je crois, je devrais m’y remettre parce qu’à chaque fois que je vais voir un film je me dis que ça ferait un bon article pour le blog donc pourquoi pas, je ne sais pas si ça vous plaît mais moi oui aha

PS : j’ai changé le thème et l’en-tête du blog what do you think ??

xoxo

tati cinéphile

RECENTLY I WATCHED…

breaking news!! tati est inactive sur son blog Et sur instagram pendant presque deux semaines, revient comme une fleur vous parler des longs-métrages intéressants ou non qu’elle a eu l’occasion de voir récemment en un très court post, entre ses révisions/procrastination du bac. (cliquez sur le nom du film pour accéder aux résumés d’allociné because j’ai la flemme de le faire)

The Beach: esthétiquement très très plaisant (+ Leo!!!!!) ; réflexion sur le bonheur ; ça donne envie d’aller à la plage et surtout en Thaïlande lol ; c’est assez surprenant de voir des acteurs français dans un film américain (ici Guillaume Canet et Virginie Ledoyen) ; j’ai versé une larme ; la fin est vraiment bizarre, disons que la première moitié du film est la meilleure puisqu’après ça part clairement en couilles mais d’un côté ça pourrait aller un peu plus loin dans l’idée

The_Beach_film tumblr_mvanwd1mw51rrnyhbo1_500

Everybody wants some!! (actuellement au cinéma) (résumé un peu pourri lol merci allociné mais en fait… c’est ça. y a pas vraiment d’histoire, c’est comme si on arrivait dans leur vie IN MEDIAS RES vous voyez) : j’aDORE le style, leurs petits crop tops et jeans moulants mhmmmm c bô ; bouffée d’air frais, on ressort avec le sourire ; la fin est un peu frustrante parce qu’on a vraiment envie que ça continue ; BEAUCOUP de sexe / références sexuelles, personnellement ça ne m’a pas trop gênée ni choquée mais je préviens tout de même ; personnages vraiment cool, c’est dur de choisir un préféré!!

everybody-wants-some-screencap-2_1280.0.0 everybodysmall

Zootopie: lol c’était les vacances donc petite sortie ciné avec mon frère ; honnêtement j’ai été agréablement surprise, je pensais m’ennuyer mais en fait pas du tout!

280851 dans-la-societe-de-zootopie-les-hommes-n-ont-jamais-existe_3597636_800x335p

American Beauty: très perturbant ; jolies phrases, c’est vraiment bien écrit ; un peu trop long, dommage parce qu’il est vraiment pas mal comme film ; j’arrive pas trop à savoir si j’ai aimé la façon de filmer, je crois que oui ; très très bons acteurs (Kevin Spacey a gagné l’oscar du meilleur acteur en 2000 pour ce film!!)

tumblr_o46bop9xIS1tdhmnjo1_500 American_Beauty_poster

Les rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch: j’ai adoré!!! ce n’est pas du goût de tout le monde, il faut aimer la danse (et l’allemand!!) mais j’ai trouvé ça beau malgré leurs styles qui piquaient les yeux, dur dur la fin des années 2000 j’ai surtout aimé en savoir plus sur les élèves/danseurs et voir leur évolution! J’ai même eu les larmes aux yeux à un moment et à la fin j’étais trop fière en voyant leur représentation mais peut-être que c’est juste moi qui suis un peu trop investie dans tous les documentaires que je regarde (remember quand j’ai pleuré comme une madeleine à la fin de Dior and I)

 19439513 les-reves-dansants-sur-les-pas-de-pina-bausch-bande-annonce-10322430iqvtz

vous en avez à me conseiller ? je suis preneuse (toujours plus haut toujours plus fort la procrastination) et si vous avez vu ces films dont je parle; parlons-en, peut-être que vous avez des avis différents ça m’intéresse hehe now bye xoxo (merci de m’avoir lue) (déso de pas être trop présente j’espère que vous ne m’oubliez pas snif mais vous savez, le bac c pas de l’o)

le génie Yves Saint Laurent

Dimanche matin, après avoir fait une surprise à l’une de mes meilleures amies, ma Solène, pour son anniversaire, nous sommes allées au cinéma (n’y ayant plus mis les pied depuis 6mois peut-être) voir ce film qui nous intriguait tellement: Yves Saint Laurent.

 

affiche-du-film-yves-saint-laurent-11047051tudjo

 

Sorti dans les cinémas français le 8 Janvier 2014, ce film nous annonçait un casting plutôt inconnu du grand public, les acteurs principaux viennent de la Comédie-Française, et la seule que j’ai reconnu était Laura Smet, fille de Johnny Halliday (han les références de ouf, Tatiana, wow), et on se demandait comment le réalisateur, Jalil Lespert, allait nous faire découvrir la vie de ce grand styliste.

Yves Matthieu Saint Laurent était très jeune quand il a commencé, à seulement 21 ans il a pris la tête de la prestigieuse maison Dior (à l’annonce de la mort de Christian Dior) avec des débuts en grande classe – il a fait un premier défilé magnifique et très apprécié – mais avec la pression et la charge énorme de travail ainsi que beaucoup de critiques, Saint Laurent a perdu tout contrôle de sa propre vie. Toujours soutenu par son compagnon Pierre Bergé, il va se reprendre en main et tenter de combattre ses démons, ses obsessions, sa maladie, et devenir le fabuleux Yves Saint Laurent dont connaît aujourd’hui les magnifiques créations.

 

4340356_6_c89b_pierre-niney-et-charlotte-le-bon-dans-le-film_b0de4fcca3c736c7ba9caf1387111084

 

Je vous avoue que j’ai été quelque peu surprise par ce film, mais également époustouflée, et émue. Pendant toute la durée de ce long métrage, on sent la passion chez Saint Laurent, son amour pour la mode et les femmes (et les hommes lol). Beaucoup d’allusions sexuelles, ainsi que de drogue, disputes, rivalités, beaucoup de défilés.. c’est trash et ça m’a plu !

Mon personnage préféré a été celui de Karl Lagerfeld, totalement comme je l’imagine, arrogant, classe -avec biensûr un accent allemand – mais pas méchant ! On découvre également le vieux Paris des années 60-70, on peut voire des paysages magnifiques (notamment quand ils sont au Maroc ou sur la terrasse de leur appartement avec vue sur les Champs Elysées, rien que ça **) et des tenues superbes (quelques unes nous laissent un peu sur notre fin aussi, biensûr, je dirais comme dans tous les défilés de haute couture, il y a beaucoup de choses qu’on imagine dures à porter haha).

 

ysl-le-film-130701-5446

Sur cette dernière note, mes chers amis : courrez voir ce film.

xoxo