LES OUBLIÉS — LE FILM QU’ON OUBLIERA PAS

Il y a deux semaines, je suis allée au cinéma après les cours, toute seule, sur un coup de tête, parce que j’avais un seul film à l’esprit : Les Oubliés, de Martin Zandvliet. J’étais tombée sur la bande-annonce il y a quelques temps sur allociné alors que je m’ennuyais d’un site à l’autre, et je m’étais bien décidée à ne pas laisser passer ça. J’en ai déjà parlé rapidement dans mon dernier article, je suis fan des films modernes qui se passent en période de guerre (pas tous évidemment mais j’ai adoré Un Long Dimanche de Fiançailles et Frantz, love love love) et les films étrangers (autres que anglophones) me rendent très curieuse — le doux son de la langue allemande fait du bien à mes oreilles, m’voyez.
Rendez-vous donc au Luminor, à Hôtel de Ville, tirant profit du Printemps du Cinéma (la séance à 4€, c’était maintenant ou jamais) : très petite salle, plein de gens tous seuls un peu grincheux vous me direz, en plein mardi après-midi ensoleillé, fallait s’attendre à voir des retraités, écran un peu bas (attention à ne pas se mettre derrière quelqu’un de grand), pubs très courtes — voilà le film lancé.

fun fact: ce film était nominé aux Oscars, dans la catégorie Meilleur Film Etranger, mais c’est Le Client, de Asghari Farhadi (réalisateur iranien) qui a remporté le trophée.

Mai 1945, Danemark. La première scène est assez violente, on grimace déjà en voyant de colonel danois maltraiter un très jeune soldat allemand, ça annonce pas mal la couleur. En effet, l’ambiance est assez lourde, on sent bien l’après-guerre et le choc psychologique qui règne encore. Le film est plutôt classique : un peu lent, les scènes sont parfois longues… On retient notre souffle à chaque fois que quiconque manipule une bombe puis quand on s’y attend pas BOOM tout le monde sursaute dans la salle, tous les personnages se ressemblent (tu m’étonnes qu’en 1945 les allemands soient tous blonds aux yeux bleus………), mais j’adore. Les plans sont beaux, majestueux parfois (plein de couchers de soleil!!), le son est parfaitement manipulé, la musique mais aussi les scènes avec les cris, stridents et bouleversants, les respirations très fortes… Les acteurs sont sublimes et touchants : les jeunes comme les vieux ont cette sensibilité dans leur regard, même le méchant (qui est vraiment un gros connard du début à la fin) a ce quelque chose qui fait qu’on le comprend un peu. Parce que c’est des allemands, on comprend la haine des colonels danois et de tout le reste du monde, en fait. Mais difficile de leur en vouloir, c’est bien tout le message du film, que l’on comprend à travers le sergent Carl qui s’occupe du groupe : il commence par être une sorte de brute sans émotions et sans filtre mais petit à petit il s’attache à ces jeunes, leur relation devient très humaine et c’est accentué par la sorte de huis clos que forme cette plage. Le décor ne change presque jamais, ils sont comme seuls au monde dans un endroit sublime qui cache un véritable enfer sous le sable.

les-oubliés-2

Ces jeunes allemands, ce ne sont que des gamins (ils ont entre 15 et 18 ans) avec toute leur innocence, qui n’ont rien demandé et qui ont, malgré eux, grandi avec Hitler et la guerre. Le sujet est très dur, délicat. Une fois les combats terminés, ces soldats ne demandent qu’à rentrer chez eux, voir leur famille, retrouver leur maman et étudier pour un jour avoir un métier, ils ont des rêves plein la tête même quand l’espoir n’a plus lieu d’être. C’est beau. Et très puissant. Je veux pas spoiler mais sachez que sur 14 garçons il n’en reste plus que 4. Les personnages m’ont vraiment touchée, ils sont beaux, sales et mal-nourris mais incroyablement beaux, les acteurs jouent si bien!! They deserved better ok??? On s’imagine à leur place, parce qu’ils ont notre âge alors on se demande comment notre vie aurait été si on était nés à cette époque (et surtout dans ce pays).
« Les auteurs n’ont pas besoin de créer un passé à ces personnages pour les rendre vivants » comme le dit très bien Valentin Bréheret dans sa Chronique du Cinéphile. Ils dégagent quelque chose de très fort et c’est ça que j’ai adoré. D’ailleurs, difficile d’en choisir un préféré parce que tous sont vraiment excellents.

les-oubliés

On pourrait nuancer ma critique avec quelques remarques plus négatives, comme le fait que dans ce film ce sont les Danois qui sont les grands méchants alors que bon, on sait bien que ceux qu’on devrait détester dans l’histoire (et surtout l’Histoire) ça devrait être les Allemands, certes, mais ça fait du bien de voir un film qui aborde le thème différemment, surtout que ça parle d’un fait qui n’est pas discuté dans nos livres d’Histoire. Le déminage des plages par de très jeunes soldats maltraités, c’est tabou et ça fait partie des épisodes dont on préfère taire les conséquences. D’ailleurs je trouve que le titre français est très bien choisi, même si très divergeant des titres en allemand (Under Sandet, « sous le sable » en français) et en anglais (Land Of Mine, jeu de mots avec « mine » pour mine la  bombe mais aussi pour mien genre mon pays / pays de mines). Dernière chose, je dirais que la fin est un peu décevante aussi. Enfin, pas « décevante » mais… pas très réaliste, c’est un peu dommage. Mais on prend, parce que parfois on préfère les happy ends au réalisme.

J’ai pas pleuré mais en sortant du cinéma j’avoue que j’étais bouleversée. J’ai remis toute ma vie en question lol imaginez moi dans le métro, le regard dans le vide à rejouer toutes les scènes du film dans ma tête et à (re)penser aux millions de morts de la Seconde Guerre Mondiale.
Pour conclure, ce film est un gros gros coup de coeur et je vous le conseille, of course — même si je sais que ce genre ne plaît pas à tout le monde — surtout si vous étudiez l’allemand, perso je me sentais trop fière de comprendre la moitié des dialogues!!


J’avais oublié à quel point j’aimais écrire des critiques ciné!!!!
J’avais pas fait ça depuis au moins 2 ans je crois, je devrais m’y remettre parce qu’à chaque fois que je vais voir un film je me dis que ça ferait un bon article pour le blog donc pourquoi pas, je ne sais pas si ça vous plaît mais moi oui aha

PS : j’ai changé le thème et l’en-tête du blog what do you think ??

xoxo

tati cinéphile

« EXPERIENCE HUMAINE » AU PALAIS DE TOKYO (ou « la déception »)

annlee003
© palaisdetokyo.com

Ma prof d’anglais nous avait parlé de la carte blanche à Tino Seghal au palais de Tokyo, tout sourires, « Have you heard of it ? you should really go and see!! ». Elle a réussi à me la vendre. ce qui n’est en soi pas un exploit, tati ici-présente étant fan du palais de Tokyo « Pour cette exposition, qui a pour principale matière l’humain dans un Palais de Tokyo métamorphosé, Tino Sehgal présente ses œuvres aux côtés de celles d’artistes qu’il a choisi d’inviter« , c’était tout ce que le site nous disait. Pas très parlant. Ma prof quant à elle, avait parlé de « performances », en précisant rapidement quand même que c’était « spécial« … turns out it was very special. En toute honnêteté et sans passer par quatre chemins : j’ai détesté. J’en suis ressortie tellement frustrée, remplie d’un sentiment de vide, l’impression d’avoir perdu du temps, et de l’argent surtout (9 euros que j’aurais pu me contenter de dépenser en achetant un des beaux magazines de la sympathique librairie du musée lol). Peut-être que le problème vient de moi, que je ne suis juste pas réceptive à ce genre d’art… l‘art contemporain en général est parfois difficile à comprendre et ne plaît pas à tout le monde, c’est bien connu. Le palais de Tokyo fait partie de mes musées parisiens préférés et je ne suis jamais déçue, mais là… aucune installation, aucun objet (c’est tout le but du truc, je sais), aucune explication, c’est presque glauque, on a juste l’impression de visiter un bâtiment industriel abandonné.
On est accueillis par une femme, qui nous demande ce qu’est une énigme puis, écoutant à peine notre réponse, se met à bouger/danser en ondulant les bras et les jambes d’une manière un peu bizarre puis s’en va sans rien dire. Moment de malaise, mais je ne perds pas mon enthousiasme, au contraire, je me dis que ça peut être marrant. Une fois au sous-sol, on voit une masse de personnes qui marche, danse, court. On ne sait pas trop ce qu’ils font là, mais c’est rigolo. On déambule à travers les différentes salles mais là encore, incompréhension totale : on voit des gens, isolés et tournés vers le mur (comme s’ils étaient punis au coin) répétant une phrase en boucle, puis un film aux images presque subliminales dans une salle complètement noire, ensuite encore une salle plongée dans le noir de laquelle émanent des voix et des sons assez beaux et harmonieux (que l’on pourrait comparer à du beatbox) (la seule partie que j’ai aimée!!!! c’était super cool, je me suis sentie tel un aveugle à un concert des pentatonix… expérience intéressante), puis une autre salle, mood théâtral cette fois puisque deux enfants jouaient une scène, autour du thème de l’intelligence artificielle et du rapport à la vie, intrigant au début mais long et surtout gênant au bout d’un moment (mais j’admets que les enfants étaient de bons acteurs!).

tino-sehgal-palais-de-tokyo-exposition© DR / Tous droits réservés. Annlee, œuvre de Tino Sehgal créée en 2011 pour le projet No Ghost Just a Shell de Philippe Parreno et Pierre Huyghe.

Ça, c’était le sous-sol. On monte à l’étage du dessus et : rien. On arrive dans une salle énorme qui paraît vraiment très vide sans rien exposé, on ne voit que des groupes de personnes ici et là, puis une autre salle, même chose, et encore une autre… (on s’est dit que les visiteurs discutaient sans doute avec des intervenants/ »artistes », d’où les petits groupes, mais alors pourquoi personne n’est venu nous parler, la question reste en suspend) Il y avait une autre salle, que l’on a pas fait, il y avait sans doute quelque chose de spécial puisqu’il y avait carrément la queue pour y entrer, une queue très lente en plus, le vigile nous avait promis près d’une heure d’attente, bye bitch j’avais déjà donné toutes ses chances à Tino Seghal, plus de temps à perdre avec ses bêtises, merci bien.

Pour conclure, je m’y suis sentie vraiment bizarre : un peu oppressée, extrêmement frustrée et vraiment pas à ma place.

Vous l’aurez compris, ce n’est pas moi qui vous pousserai à aller découvrir cette expo. (MAIS peut-être que la salle devant laquelle il y avait beaucoup de monde qui attendait vaut le coup! je lui laisse le bénéfice du doute…) Gardez votre argent. Restez chez vous. lol

xoxo,

tati passion critique d’art contemporain

SPREAD KINDNESS (twitter, ce monde si cruel)

Il suffit d’un rapide tour sur les réseaux sociaux, plus particulièrement Twitter, pour tomber nez à nez avec des « sale pute » lâchés assez facilement à n’importe qui ou des moqueries en tous genres, souvent sur le physique quand la personne a 0 argument et décide de s’attaquer au plus facile. Et pour vous dire la vérité, je ne comprends pas.  (english version at the end)

Capture d’écran 2016-05-08 à 10.27.51

Passons outre l’utilisation excessive du mot « pute » et « salope » par la gente masculine MAIS AUSSI féminine (et c’est ça aussi le plus choquant IL FAUT QU’ON SE SOUTIENNE, MERDE) parce qu’en réalité j’ai même pas les mots pour expliquer le problème, ça devrait couler de source qu’il faut arrêter de stéréotyper, de rabaisser les femmes, de les insulter aussi facilement comme si c’était normal, stop le slut shamingthis is exactly why we need feminism. Et le problème ne vient pas de moi, je ne suis pas « trop gentille » ou « trop innocente » pour ce monde so cool de la twittosphère où on passe notre vie à insulter et se clasher. Néanmoins, Twitter est un univers rempli d’humour noir et faut pas non plus tout prendre au pied de la lettre bla bla bla mais des fois, dans certains tweets, on sent la haine, on sent que c’est sérieux, et là je parle même plus du « sale pute » je parle des clashs en général, qui partent très vite. Et certains ont la fâcheuse tendance à s’en prendre au physique aussi. Et ça, vraiment, c’est triste. C’est troublant, ça me rend dingue, je comprends PAS. On peut trouver quelqu’un moche, ok, chacun ses goûts, chacun ses critères de beauté machin, normal, mais à quel moment on se sent autorisés à partager cette pensée au monde, encore pire à la personne concernée ??

(attention avalanche de méchanceté gratuite ci-dessous) (aucun scrupule à balancer les gens)

Capture d’écran 2016-05-08 à 10.37.06  Capture d’écran 2016-05-08 à 10.31.35Capture d’écran 2016-05-08 à 10.42.36

Capture d’écran 2016-05-08 à 10.44.57

Donc les gens postent des photos sur lesquelles ils se trouvent beaux, sont sans doute courageux de le faire parce que c’est pas toujours facile de s’accepter et on est pas tous pareils et des gens trouvent le CULOT de se moquer d’eux et de les attaquer ????????? on a ici 4 phénomènes différents:
l’attaque à une « célébrité«  (après on aime ou on aime pas le personnage, certes, mais on ne peut pas nier sa popularité) beaucoup trop facile et haineux et qui moi me fait surtout penser à de la jalousie, ça paraît évident, ou de la pure haine, ridicule (en plus la fille est toute mimi et je pense qu’elle le sait)
la méchanceté totalement gratuite sur une fille qui se sentait jolie et qui a sûrement vécu un des meilleurs moments de sa vie à son bal de promo et qui, peut-être pour la première fois de sa vie on en sait rien, a eu confiance en elle pendant une soirée où elle était trop bien maquillée et portait une jolie robe ; un gars vient tout gâcher et en plus vient dénoncer les personnes qui lui ont fait des compliments, en les traitant d’hypocrites??? hein??????
L’INGRATITUDE EXTREME donc le gars reçoit un compliment et au lieu de dire merci et basta il affiche la fille juste parce qu’elle n’est pas à son goût en plus il ose dire « vous comprenez pourquoi je mets aucune photo de moi ici » genre « je suis beaucoup trop beau donc si je poste ma tête mes notifications vont exploser avec des meufs qui croient pouvoir me draguer »
– sans doute l’un de plus stupides de cette liste, la fille poste une photo avec son copain en disant à quel point elle le trouve beau et le gars se permet de critiquer?? mais??? si c’est son copain, c’est qu’elle l’aime, si elle dit ça c’est qu’elle le trouve bg, si elle poste la photo, c’est qu’elle la trouve mignonne point à la ligne y a pas de place pour un « bitch who« , pas de place pour la remise en question de son propos puisque c’est SON copain, encore heureux qu’elle le trouve canon??????

Twitter regorge de trucs de ce genre, sans parler des filles qui affichent les messages privés qu’elles ont reçu genre « ça existe encore de genre de forceur? » ou les gens qui comparent toutes les célébrités genre une photo du dos lisse de Hailey Baldwin vs les « bourrelets » de selena gomez en disant « me vs you » ou les « il/elle est mannequin, lui/elle ????? » et j’en passe LA CONNERIE EST INFINIE J’EN AI MARRE DE VOUS TOUS ARRETEZ DE JUGER TOUT TOUT LE TEMPS

Capture d’écran 2016-05-15 à 11.22.57

It’s rant time. Twitter can be a cruel world. To me, the main problem on social media is how mean some people can be. First of all there’s this thing that we call « slut shaming », it’s everywhere, all the time, such an easy insult that comes so quick to people’s mouth « bitch » « hoe » or whatever the word might me. I use those words, i’m going to be honest, but I use them in an affective way, it’s not serious at all and i would never slut shame anyone, at least i’m working on it. Moving on — this is not the main subject of this article — let’s talk about people who criticize physical appearance!!!!!!! that makes me crazy ugh i DON’T understand how you can attack such a weak point, when you start being mean about someone’s physique it means you don’t have any arguments left, either you’re just jealous of the person or you’re just totally ignorant and like to hurt people’s feelings.

There are different types of idiots :
1°) those who put so much pressure on celebrities or are just full haters and each photo of someone popular is source of hate
2°) totally unjustified wickedness : someone posts a picture where they probably feel pretty and because they’re in a good mood and want to show the world their confidence at that precise moment and PEOPLE FEEL THE NEED TO BRING THEM DOWN and say shit like this guy on facebook who messaged people that were telling her that she was pretty, calling them liars and hypocrites… at what moment do you think it’s okay to say that? at what point did you think she deserved to « know » she was « embarrassing herself » ? that was probably one of the best days/nights of her life (prom) she had such a nice dress and had her make up and hair done and she actually looked cute as hell and i believe she doesn’t have that kind of confidence everyday of her life and you know why she doesn’t? because of shitty people like that.
3°) those who are totally ungrateful and uneducated : someone compliments you and all you have to say is basically « ew look at him/her, this is exactly why i don’t post pictures of me on social media, i don’t want to get notifications from these uglies » sorry that you are sooooo good looking damn must be hard to live a life like yours. Tbh why don’t you just say thank you and shut your mouth. Keep your comments to yourself, stop exposing/embarassing people.
4°) ok this is probably the stupidest of them all : this girls posts a pic of her boyfriend saying how handsome he is and this guy comments saying « bitch who » and zooming on his face i mean??????? how? why? where? WHEN? i don’t even have words to explain how ignorant and mean he sounds, only a real piece of shit could say things like that because boy let me tell you one thing, let’s be clear here : it’s HER boyfriend, not yours. End of the game. You don’t have ANYTHING to say about other people’s taste. I’m glad she thinks her boyfriend is hot. 

peace and love
(let’s support each other)

tati

x

RECENTLY I WATCHED…

breaking news!! tati est inactive sur son blog Et sur instagram pendant presque deux semaines, revient comme une fleur vous parler des longs-métrages intéressants ou non qu’elle a eu l’occasion de voir récemment en un très court post, entre ses révisions/procrastination du bac. (cliquez sur le nom du film pour accéder aux résumés d’allociné because j’ai la flemme de le faire)

The Beach: esthétiquement très très plaisant (+ Leo!!!!!) ; réflexion sur le bonheur ; ça donne envie d’aller à la plage et surtout en Thaïlande lol ; c’est assez surprenant de voir des acteurs français dans un film américain (ici Guillaume Canet et Virginie Ledoyen) ; j’ai versé une larme ; la fin est vraiment bizarre, disons que la première moitié du film est la meilleure puisqu’après ça part clairement en couilles mais d’un côté ça pourrait aller un peu plus loin dans l’idée

The_Beach_film tumblr_mvanwd1mw51rrnyhbo1_500

Everybody wants some!! (actuellement au cinéma) (résumé un peu pourri lol merci allociné mais en fait… c’est ça. y a pas vraiment d’histoire, c’est comme si on arrivait dans leur vie IN MEDIAS RES vous voyez) : j’aDORE le style, leurs petits crop tops et jeans moulants mhmmmm c bô ; bouffée d’air frais, on ressort avec le sourire ; la fin est un peu frustrante parce qu’on a vraiment envie que ça continue ; BEAUCOUP de sexe / références sexuelles, personnellement ça ne m’a pas trop gênée ni choquée mais je préviens tout de même ; personnages vraiment cool, c’est dur de choisir un préféré!!

everybody-wants-some-screencap-2_1280.0.0 everybodysmall

Zootopie: lol c’était les vacances donc petite sortie ciné avec mon frère ; honnêtement j’ai été agréablement surprise, je pensais m’ennuyer mais en fait pas du tout!

280851 dans-la-societe-de-zootopie-les-hommes-n-ont-jamais-existe_3597636_800x335p

American Beauty: très perturbant ; jolies phrases, c’est vraiment bien écrit ; un peu trop long, dommage parce qu’il est vraiment pas mal comme film ; j’arrive pas trop à savoir si j’ai aimé la façon de filmer, je crois que oui ; très très bons acteurs (Kevin Spacey a gagné l’oscar du meilleur acteur en 2000 pour ce film!!)

tumblr_o46bop9xIS1tdhmnjo1_500 American_Beauty_poster

Les rêves dansants, sur les pas de Pina Bausch: j’ai adoré!!! ce n’est pas du goût de tout le monde, il faut aimer la danse (et l’allemand!!) mais j’ai trouvé ça beau malgré leurs styles qui piquaient les yeux, dur dur la fin des années 2000 j’ai surtout aimé en savoir plus sur les élèves/danseurs et voir leur évolution! J’ai même eu les larmes aux yeux à un moment et à la fin j’étais trop fière en voyant leur représentation mais peut-être que c’est juste moi qui suis un peu trop investie dans tous les documentaires que je regarde (remember quand j’ai pleuré comme une madeleine à la fin de Dior and I)

 19439513 les-reves-dansants-sur-les-pas-de-pina-bausch-bande-annonce-10322430iqvtz

vous en avez à me conseiller ? je suis preneuse (toujours plus haut toujours plus fort la procrastination) et si vous avez vu ces films dont je parle; parlons-en, peut-être que vous avez des avis différents ça m’intéresse hehe now bye xoxo (merci de m’avoir lue) (déso de pas être trop présente j’espère que vous ne m’oubliez pas snif mais vous savez, le bac c pas de l’o)

IF YOU RIDE LIKE LIGHTNING, YOU’RE GONNA CRASH LIKE THUNDER.

the-place-beyond-the-pines-trailer-597x309

Ce film, je voulais le voir depuis au moins 3 mois, et mardi soir, je suis ENFIN allée le voir. Rares sont les cinémas qui le passent encore, et on a quand même payé 8 euros 40 mais j’avoue que ça en valait largement le coup, ce film est parfait ! Gros coup de cœur, honnêtement je dirais qu’il fait désormais parti de mes films préférés, j’ai donc trouvé essentiel de vous en faire un article. ☺

Réalisé par Derek Cianfrance, il est sorti le 20 mars 2013 en France (le jour de mon anniversaire hihih) et rien que le casting est fabuleux : Ryan Gosling, jouant le rôle de Luke, Eva Mendes, qui incarne Romina, et Bradley Cooper, sous le rôle de Avery.

Place-Beyond-the-Pines-Family-Portrait

Cascadeur moto, Luke est célèbre pour son incroyable numéro appelé «globe de la mort», qui fait partie d’une spectacle de cirque itinérant. Quand il revient à sa ville natale,  il découvre que Romina, avec qui il avait eu une aventure un an auparavant, a donné naissance à Jason, bébé qui se révèle être son fils… Luke quitte alors le monde spectacle et commence à braquer de nombreuses banques, pour aider financièrement Romina et Jason, qui sont désormais sa famille. Grâce à ses talents de cascadeur et son esprit vif, il réussit souvent à s’échapper, et tout va pour le mieux lors des premiers mois. Mais Luke va bientôt croiser la route d’un policier ambitieux, Avery Cross.. Quinze ans plus tard, le fils de Luke et celui d’Avery se retrouvent dans le même lycée, hantés par un passé mystérieux dont ils sont loin de tout savoir.

Ce film est très long (2h20 exactement) et il se passe beaucoup de choses, c’est donc assez compliqué d’en faire un résumé et surtout sans raconter la fin..

Comme dit ci-dessus, j’ai vraiment adoré ce film, étant déjà une grande fan de Ryan Gosling, je l’ai trouvé époustouflant, son personnage est mystérieux et puis cette allure rock, cheveux blonds et tatoos, il est parfait ! Eva Mendes est simple, naturelle, magnifique comme à son habitude, et Bradley Cooper joue un personnage assez touchant, qu’on voudrait parfois détester, mais il est fantastique.

20489670.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Le film en lui-même est assez sombre, on a peur, on est émus, on sourit, ce qui veut dire que c’est un très bon film, qui a su faire passer les bonnes émotions, et puis c’est tellement bien filmé!