are you racist ? no ? are you sure ?

Tati est aujourd’hui venue débattre avec vous. Un titre interpelant pour un sujet sérieux, certes délicat mais profondément important et ancré dans notre quotidien. (wow mais qu’est-ce qu’il m’arrive j’ai jamais fait d’intro aussi neutre et pro) green-ish english version throughout

Je suis une white girl. Genre littéralement — pas de type « basic white girl qui boit du starbucks et porte des UGGS/superstars/s’habille en total look american apparel » m’voyez — il se trouve juste que je suis blanche de peau bon d’accord, mais où veut-elle en venir ?  ; et je sais que je suis privilégiée. Je sais que dans la vie, dans notre société actuelle, c’est à mon avantage, j’ai de la chance d’être née dans ma situation, que je n’ai d’ailleurs aucunement méritée. Attention continuez à lire parce que si vous vous arrêtez là je vais passer pour une petite bourgeoise qui vote FN et qui dit « all lives matter », c’est pas le but de cet article, ce serait même assez gênant.

I am a white girl. Literally — not like basic white girl who drinks starbucks and wears total looks american apparel and adidas superstars/ugg boots — my skin is white. And I know that’s a privilege; I am quite lucky to be born in this situation, that I don’t even deserve because I didn’t do anything to be this lucky. Be careful, please keep reading otherwise… it would be awkward… like… i’m not… you know…

Capture d’écran 2016-04-11 à 11.23.01

J’ai ressenti le besoin d’écrire à ce sujet suite à la découverte de l’instagram de l’acteur Matt McGorry (qui joue dans Orange is the New Black et How to Get Away with Murder, un bon gars activiste, féministe et très intelligent) il y a quelques temps, notamment lorsqu’il a partagé un article de Peggy McIntosh sur le « privilège blanc ». Et ça m’a touchée. Ce n’est pas que je ne savais pas que j’étais privilégiée, mais disons plutôt que je ne réalisais pas à quel point ce privilège s’illustrait tous les jours, dans toutes les situations. Les inégalités ne sont pas plus une affaire de désavantages de certains que d’avantages des autres. je ne sais pas si cette phrase est compréhensible et je vous avoue que je m’en fous je suis lancée je vais écrire pendant 1 heure non stop je suis inspirée là don’t touch me

« I was taught to see racism only in individual acts of meanness, not in invisible systems conferring dominance on my group » (On m’a appris à voir le racisme uniquement dans des actes individuels méchants, et pas dans des systèmes conférant une prédominance sur un groupe.)

J’ai toujours été très sensible aux problèmes d’inégalité, même si je n’en parle pas très souvent, ça me touche: sexisme, racisme, homophobie… on en parle pas assez. enfin si mais non. pas assez. Pourtant on sait qu’ils sont là, on préfère juste les oublier, ces problèmes. S’aveugler soi-même, ne pas y penser. Et on peut se le permettre, justement parce que nous sommes privilégiés. attention ici je dis « nous » mais j’avoue que c’est un peu comme si je parlais de moi au pluriel ou de tout le monde et personne à la fois, c’est de l’impersonnalité, quoi Si on réussit à oublier les problèmes d’inégalités qu’il y a dans le monde, c’est que ces inégalités jouent en notre faveur. Si on est un homme blanc hétéro il est probable (et même sûr) qu’on ait une vie différente, plus facile, avec plus d’opportunités et de libertés, qu’une femme noire lesbienne, on est tous d’accord là-dessus. si vous n’êtes pas d’accord merci de quitter ce site C’est notre société qui nous y a formaté, on nous apprend l’Histoire du point de vue des blancs, on ne parle que des grands hommes et très rarement des grandes femmes, etc… vous savez bien.

En fait si, on en parle pas mal, quand même. Je trouve qu’on est une génération assez « woke » on est au courant de ce qu’il se passe dans le monde, on refuse de se laisser faire, on proteste, on dénonce… du moins à petite échelle ou d’après certains mouvements qu’on voit émerger sur tumblr ou twitter… c’est cool, mais il faut continuer! 

Matt McGorry’s instagram made me write this article. This guy is just amazing: good actor but also very intelligent, activist and feminist AND funny. He shared an essay about « white privilege », written by Peggy McIntosh and damn. It’s not that I wasn’t aware of my privilege. But I didn’t know it was SUCH a huge privilege, in my everyday life… Racism is not more about the disadvantage of some people than about other’s advantages. As a person who is sensitive to all forms of inequalities, that article touched me. And I think it’s not something that is enough spoken about, simply because we, the privileged, get to forget about those problems. We know the problems are there, but we can ignore them. Because they don’t touch us directly. No one is there to remind us of it everyday… In our world, in this society, being a straight white man is much easier than being a black lesbian girl, for example. No doubt about it.Un-Fair_Poster_8x11-1

« If these things are true, this is not such a free country; one’s life is not what one makes it; many doors open for certain people through no virtues of their own. » (Si ces choses sont vraies, ce pays n’est pas si libre; nos vies ne sont pas ce qu’on en fait; beaucoup de portes s’ouvrent pour certaines personnes grâce à tout sauf à leurs vertus personnelles.)

Dans son étude, McIntosh a listé toutes les choses auxquelles elle estimait avoir accès seulement grâce à sa couleur de peau, se rendant compte qu’elle ne les avait méritées d’aucune façon et que ses collègues étrangers ne bénéficiaient pas des mêmes privilèges. L’identité blanche « est une norme qui ne se pense ni se voit comme telle » (phrase tirée de cet article de slate.fr, très intéressant). Des choses qui peuvent paraître basiques ou même nécessaires, comme être sûr de pouvoir habiter dans tel ou tel quartier sans aucun problème, pouvoir faire ses courses tranquilles sans être surveillé, voir des gens comme soi — de sa « race » (mot officiellement effacé de la Constitution Française depuis 2013) — dans les médias, etc. ne sont pas aussi faciles pour les non-blancs. Et cet essai a été publié en… 1988 !!!!!!!!!! Rendez-vous compte. Imaginez les phrases que l’on pourrait ajouter à sa liste aujourd’hui, surtout dans des pays comme les USA, genre « je peux parler avec un policier sans avoir peur de lui car je n’ai rien à me reprocher« … C’est en prenant compte de certaines choses comme ça qu’on avance. Ouvrir les yeux, s’éduquer, réagir, pointer du doigt les inégalités… ça sonne terriblement cliché voire hypocrite mais on a, réellement, le pouvoir de changer les choses et on a déjà débuté. C’est un combat important, et on peut y participer rien qu’en commençant déjà par reconnaître le privilège blanc (sans s’arrêter là, of course, INDIGNEZ VOUS)

In her essay, McIntosh makes a list of a few things she is able to do/has access to only thanks to her whiteness: things that can sound basic and necessary, like choosing the neighborhood you’re moving into, going shopping without having someone following you around, see people of your race represented everywhere around you… and that article was written in 1988!!!!! Imagine that. How many more things we could add today, especially if we think of countries like the USA, such as « I can talk to a police officer without being afraid of what he might do to me because i am innocent anyways »… « White identity is a norm that isn’t seen or thought as one » says a french article on slate.fr. It’s by realizing such things that we can go further. Acknowledging the privilege is the first step. In sounds immensely cheesy or even hypocrite but I believe that, together, we can change things. We have to keep our minds open, educate ourselves, point inequalities out, not let shit happen anymore. If you know about your privilege as a white person, you’re somehow already participating (even though you shouldn’t stop at the first step, duh).

Capture d’écran 2016-04-11 à 11.23.40

(Aussi, lisez cette petite BD)                (Read this !!!)

Voilà tout ce que j’avais à dire, je crois. Enfin non mais si, Tati activiste doit s’arrêter là pour aujourd’hui. Qu’est-ce que vous en pensez ? Est-ce que je vous ai ouvert les yeux ???????? ETES-VOUS RACISTE ?? ETES-VOUS NOIR ? JAUNE ? ROUGE ? (allemand donc?) (ah d’acc) (merci l’humoriste) lol bye.

Stay woke

x

10 réflexions sur “are you racist ? no ? are you sure ?

  1. Je ne pense pas être raciste. Depuis ma plus tendre enfance, j’ai toujours admiré les minorités (va savoir pourquoi) j’aimais l’Afrique, j’aimais l’Asie, j’aimais l’Amérique du Sud, j’aimais le Moyen-Orient. Tout ce qui était différent me paraissait plus beau. Néanmoins, plus j’ai grandi et plus j’ai découvert de choses. Les inégalités. Quand on est petit, on ne les voit, elles n’existent pas. Mais maintenant… On se bande les yeux en affirmant qu’elles disparaissent. Et je fais partie de ces personnes. Je ne vois pas les inégalités parce qu’il y a de toutes les minorités dans mon lycée, parce que tout le monde se mélange. Mais plus les choses vont et plus je vois cette différence dans les mots qu’emploient mes parents. Je n’ai pas envie de leur cracher dessus et de les traités de racistes, mais ça me fait mal quand j’entends des « de toute manière, c’est des arabes », « c’était évident que c’était lui ! Le Abdel machin ! » et puis de suite « Je ne suis pas raciste, certains arabes sont très gentils ! Juste, qu’il y en a certains qui méritent ce qui leur arrive »… Ca me fait mal parce que moi-même j’ai une amie « arabe » et quand j’entends tous ces propos, j’ai mal pour elle… Et tout ça me fait peur parce que parfois je me vois en train de penser comme eux. « Oui il y a du racisme envers certaines personnes ! Mais on ne parle pas assez du racisme envers les blancs ! », « De toute manière, c’est le petit travailleur blanc qui paie les indemnités de ces arabes qui ne travaillent pas ». Mais plus j’y réfléchis et plus je me dis que tout ça, c’est n’importe quoi ! C’est comme mettre à part quelqu’un parce qu’il a un t-shirt rouge ! Ce n’est qu’une question de couleur ! Oui, certes je pense qu’on ne parle pas assez du racisme envers les blancs, mais je me demande si cela n’est pas justement du au racisme envers les autres… La haine entraîne la haine comme on dit… Et puis cette histoire de chômage : tout le monde est au chômage ! Blanc, noir, arabe, asiatique ! Tu ne m’ouvres pas les yeux, le racisme, j’y suis confrontée mais comment veux-tu que j’y fasse face alors que même mes parents ont des idées arrêtées ? J’ai bien essayé de leur expliquer les choses mais cela m’a valut une engueulade pendant une semaine et des « Tu ne diras plus ça quand tu seras obligée de porter le voile ! »… Alors je laisse tomber… C’est mal mais je continue juste de vivre ma vie. Je me dis que les personnes avec des idées si arrêtées doivent être bien malheureuses et qu’elles loupent quelque chose. Je vis ma vie et je ne tente pas de les changer, tant pis pour eux.
    Désolée pour ce pavé mais j’en avais gros sur la patate ^^

    Aimé par 1 personne

    1. ooh merci pour ce pavé un peu fouillis mais intéressant! (C’est totalement humain d’avoir soi-même des idées racistes loufoques qui nous passent par la tête des fois t’inquiète, tant qu’on se rend compte qu’on ne devrait pas avoir ce genre d’idées ça va aha) Je ne pense pas que le racisme envers les blancs existe mais pour le reste je te comprends totalement, et justement moi aussi j’ai des parents avec des idées très arrêtées, mon père est même carrément raciste, et il dit la même chose que tu viens de citer quand il regarde les infos etc. (si j’avais un copain arabe ce serait la mort pour lui j’imagine, même toute ma famille en général le verrait mal…) mais moi je refuse de me taire, évidemment je m’en prends plein la gueule en retour mais impossible de me contenir (enfin parfois j’abandonne assez vite ou je ne prends même plus la peine de réagir parce que les remarques sont vraiment très stupides…) je sais que l’avis de mes parents ne changera pas mais je pense qu’à une échelle plus grande, comme sur les réseaux sociaux par exemple, c’est important d’en parler et de ne pas se taire! Et moi aussi je suis dans un lycée où il y a pas mal de diversité, le racisme ne se voit pas au quotidien, encore heureux! et mon article ne dit pas que tout le monde est raciste, encore moins que « parce que tu es blanc, tu es raciste, même sans le savoir/vouloir » c’est pas du tout mon intention haha c’était juste un titre un peu choc pour faire réagir, justement! chacun se bat (ou même pas) comme il veut et à son niveau ;)
      merci encore pour ton commentaire bisou à toi xx

      Aimé par 1 personne

  2. J’allais écrire un petit article quand « article sur le racisme » s’est mit à clignoter dans mon cerveau, je saute dessus, merci tati (je peux t’appeler comme ça?)
    Le racisme me touche énormément mais je suis toujours extrêmement confuse dans mes propos et pas toujours 100% d’accord avec moi même. Le racisme je l’ai un chouia vécu mais c’est clairement insignifiant comparé à d’autres. Le seul souvenir que j’ai, c’est quand je suis allée à la cantine, je devais avoir 5 ans, et une « grande » ne voulait pas que je me mette à côté d’elle parce que j’étais arabe (ce que je ne suis même pas en fait), j’ai quand même mangé à leurs table mais elles s’étaient toute décalées comme si j’avais la peste. En fait c’est affreux, je l’ai limite banalisé dans ma tête ce souvenir, mais il est affreux.
    Pour ce qui est de mes origines mon père est tunisien, il est parti vers 20 ans en France pour finir ses études et trouver un job parce que la tunisie c’était pas la joie avec la dictature. Sans vraiment me vanter, mon père est intelligent donc il a réussi (et il a rencontré ma mère blablabla et je suis née lol) en attendant, il nous le dit peu mais il a galéré à se trouver un boulot mais vraiment, à cause de ses origines parce que c’était clairement pas son niveau le problème. On le rappelait pas etc. Maintenant on habite dans un village, il a un boulot ici et les gens l’aiment beaucoup (mon père est très clean dans les relations sociales). Le truc c’est que on est dans un coin de la france plutôt raciste (coucou les vosges) et en fait les gens sont bizarre, ils aiment bien mon père mais certains n’aiment quand même pas les arabes. J’ai cette phrase en tête depuis tout à l’heure mais je n’arrive pas à te l’interpréter correctement: « c’est l’arbre qui cache la forêt ». Un voisin a dit un jour que mon père était très bien mais que les arabes non. Alors j’espère que toi tu as réussi à caser ma phrase dans le contexte comme il faut ahah
    Pour continuer sur mon papa, il y a peu, quelqu’un a fait une remarque trèèèèèèèès raciste à côté de lui. Je ne pourrais pas te le redire exactement alors autant ne rien dire. En tout cas après mon père lui a répondu et le mec était gênée. C’était affreux quand il nous a dit ça. En fait on cotoit le racisme et on s’en rend presque plus compte. Une amie qui vient de Bretagne m’a dit que sa mère ne voulait pas venir ici parce que c’était raciste. Ça m’a choqué parce que je vis dedans en fait.
    Je t’aurais bien parler pendant des plombes parce que j’ai pleins de choses à dire mais là, maintenant, je pense que cette histoire suffit don’t know why.
    Alors je sais pas si plus tard je galèrerais (je suis métisse mais pas du tout foncé quoi). J’ai toujours mon nom de famille qui rappelle mes origines mais à ce sujet là d’ailleurs, mes parents ont rajouté le nom français de ma mère derrière, ma mère a peur que dans le futur, avec les le pen et tout, qu’on ai des problèmes. Quand y’a eu l’élection en 2012, on a vraiment eu peur et j’ai commencé à imaginer ce qu’il se passerait si c’était le fn. Je voyais que mon père avait peur et il a rarement peur comme ça alors je m’imaginais qu’il fuyerait, que le fn commencerait à virer les gens avec un nom étranger et que même avec notre nom composé, on partirait. J’avais peur que mon père soit regardé de travers dans la rue etc. Et puis hollande a gagné. merci hollande sur le coup là hein ahah
    Maintenant c’est dingue mais je me sens plus qu’obligé d’être polie en société (ça doit être normal je sais mais là j’ai l’impression que c’est une question « de vie ou de mort » en exagérant un peu) comme tenir la porte, sourire aux gens que je croise, bien dire merci en souriant etc, ramasser un truc et tout surtout quand c’est des vieux. Je me dit que l’image des « arabe/musulman » (alors que je suis athé) doit être la meilleure possible après tout ce qui ce passe. Que les gens ne pensent pas qu’on est tous pareil même si c’est évident qu’on est pas tous pareil. Et c’est là que je comprends que c’est ce que fait mon père depuis un sacré bout de temps.
    là c’était vraiment du story telling mais je pense que c’est pas grave.
    bisous

    Aimé par 1 personne

    1. merci alexia pour ce joli commentaire que j’ai adoré lire pendant 10 minutes lol ton souvenir m’a choquée de fou! les enfants sont souvent les plus cruels, et tout ça vient de leur éducation, ils ne se rendent absolument pas compte, peut-être bien que moi aussi j’ai eu des réactions racistes quand j’étais petite, je n’en sais rien! Mon père est aussi raciste c’est pour ça que ça me touche, j’entends ses commentaires et je ne peux PAS me contenir, certes je m’en prends plein la gueule en retour, il n’arrête pas de me dire que je défends tout le monde et que je vis dans un monde tout rose blabla mais c’est important, même si je sais que je ne changerai pas son avis je ne peux pas m’en empêcher…
      J’ai tout à fait compris ta phrase de l’arbre qui cache la foret, à vrai dire moi aussi en temps que portugaise je dis pas que j’ai déjà vécu le racisme à proprement parler, loin de là, mais les moqueries/insultes, même si le plus souvent c’est pour rigoler et que j’en rigole aussi, parfois ça va trop loin. Aussi, les gens de mon immeuble sont très cathos et très bourgeois et arrêtent pas de critiquer les étrangers, de dire qu’ils piquent les boulots aux français etc… ils nous disent ça à nous alors que nous mêmes ne sommes pas français mais ils nous adorent et seraient bien du genre à dire que nous on est pas comme les autres, tu connais le refrain!
      Bravo à ton papa qui m’a l’air d’être un brave homme eh :)) et je comprends aussi que tu veuilles véhiculer la meilleure image possible pour que les gens se disent « ah wow une arabe gentille et polie!!! » (même si tu ne l’es pas vraiment) c’est un peu triste mais de toute façon il faut être gentil et poli dans toutes les situations, quelle que soit notre raison hahah donc c’est bon, continue comme ça alexia!!
      et oui évidemment appelle moi tati hoho
      zoubi xxxx

      J'aime

  3. Hey ! J’ai vraiment adoré ton article, car c’est un sujet qui concerne tout le monde et dont on entend très peu parler. Etant noire, je me rend de plus en plus compte de toutes ces discriminations… Ca peut être des choses « toutes bêtes » comme les teintes de fond de teint dans les magasins de cosmétique, ou il y’a très peu de teintes pour les peaux foncées, ou alors des choses pesante au quotidien comme être la seule à se faire contrôler par des agents ratp parmis toutes tes amies blanches. J’ai aussi remarquer qu’il ne se passe pas une semaine ou je ne me prend pas au moins une «  »blague » » par rapport à la couleure de ma peau.
    Enfin bon tout ça pour dire que je suis entièrement d’accord avec toi et que je suis ravis que tu t’intérèsses à ce combat contre les discrimiations !
    Bisouus !

    Aimé par 1 personne

  4. J’ai presque envie d’écrire un pavé moi aussi, mais je me contenterai deux anecdotes.
    La première est mignonne. Il s’agit de ma petite personne âgée de quelques années seulement et pour la première fois je rencontrai un ami de mes parents foncé de peau, et j’ai pleuré pendant deux trois minutes puis j’ai vu qu’il était comme moi au final ! Et puis je suis allée à l’école, et je me suis fais pleins d’amis, si je peux dire, de toutes les couleurs! C’était et c’est normal!
    La deuxième, c’était il y a pas moins d’un mois! Dans le métro à Paris, une dame âgée n’arrêtait pas d’insulter un jeune homme noir mais à voix basse. Sauf que tout le monde l’entendait. Mon copain lui a implicitement demander de la fermer, et elle était super énervée après. Quand nous sommes sortis du métro elle a essayé de nous faire un croche pied, alors on lui a jeté des papiers à la figure. Pas très mature de notre part mais on était tellement agacés! Tout le monde dans la rame de métro à rigolé, ils étaient soulagés que quelqu’un ose être aussi malpoli qu’elle l’était.. Voila!
    Bien que nous soyons de plus en plus ouvert d’esprit, certains restent bloqués dans des idées vieilles comme le monde, faute à certaines éducations. Je m’arrête la hihi

    Aimé par 1 personne

    1. merci de partager ces anecdotes hehe
      les vieilles dans les transports en commun on arrêtera jamais de s’en plaindre dis donc… il y en a TOUJOURS une qui fait chier soit parce qu’elle veut s’assoir soit parce qu’elle se plaint des jeunes soit parce qu’elle insulte tout le monde soit elle commence des débats politiques et tu te rends compte qu’elle a été choquée de la dernière pub de jenesaisquellemarque dans laquelle on voit deux jeunes femmes s’embrasser (true story)… jamais contentes lol :/ et le croche pied c’est vraiment le comble hahahahah c’est ridicule mais bravo à toi et à ton ami d’avoir réagi (même si je pense que moi je n’aurais pas osé!)
      zoubi xxxx

      Aimé par 1 personne

  5. C’est un article très intéressant et qui me choque un peu (positivement), parce que le plus souvent quand je lis des articles sur le racisme ce sont des personnes noires qui les écrivent ahaha
    Je me sens tellement concerné parce que je suis de confession musulmane et une jeune fille noire aussi, donc le racisme je le vois et le subis sans te mentir tous les jours, au lycée, à la télé, sur Twitter enfin bref, c’est limite mon quotidien d’entendre des remarques blessantes sur l’Islam, les noirs et surtout les femmes noires; ce que j’ai observé et qui me rend dingue c’est que souvent le racisme vient aussi de la minorité attaquée ce que je veux dire c’est que souvent les noirs sont les premiers à dénigrer d’autres noirs sous prétexte qu’ils se sentent supérieurs et autres phénomènes aussi c’est qu’il y a du racisme entre les différentes minorités du type les Arabes n’aiment pas les noirs et vice-versa.
    Les gens passent leur temps à dénigrer, haïr alors qu’au final on est tous les mêmes.
    ♥♥

    Aimé par 1 personne

    1. j’imagine que je peux prendre ça comme un compliment aha contente de t’avoir choquée, alors lol
      Oui il y a énormément de remarques qui peuvent être blessantes, surtout sur les réseaux sociaux!! après évidemment la plupart sont « pour rire » et même moi j’en ris très souvent mais quand on le subit à longueur de journée je pense que c’est pesant. En tant que portugaise je connais un peu ça aussi, attention je ne dirais pas que je suis victime de racisme non mais des moqueries et autres remarques limite insultantes, ça j’en ai entendu! Le plus souvent j’en rigole aussi mais ça devient vite lourd donc je n’imagine même pas comment toi tu dois le vivre (mais l’humour est toujours la meilleure réponse je crois, dans toutes les circonstances)… Par contre ça je n’étais pas au courant du racisme entre noirs eux-mêmes mais enfin maintenant que j’y pense c’est vrai que sur twitter je vois parfois des trucs sur les antillais ou blablabla… c’est un peu triste! mais bon après ça existe partout, c’est comme les rivalités de base, en France il y a bien les gens du Nord qui s’en prennent plein la gueule par exemple aha
      Mais aimons-nous les uns les autres ouuuui quel beau message hahahah
      bisou à toi xxxx

      J'aime

any comment??

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s